Ces 26 travailleurs d’Amazon veulent que le gouvernement fédéral enquête sur les menaces de mort racistes

Cheryl Allison

In addition de deux douzaines d’employés d’Amazon affirment que l’entreprise n’a pas répondu de manière appropriée aux menaces de mort racistes contre des travailleurs noirs dans son usine MDW2 à Joliet, dans l’Illinois, et a exercé des représailles contre un employé qui s’est exprimé, selon un rapport de la Tribune de Chicago (passant par Engadget). Les 26 travailleurs auraient déposé des plaintes auprès de la Fee américaine pour l’égalité des likelihood dans l’emploi (EEOC).

Fin mai, les travailleurs ont déclaré avoir trouvé des messages indiquant «[n-word]va mourir” et “fuck ces [n-words] at MDW2 » écrit sur les murs de la salle de bain de l’établissement, selon le groupe de défense Employés d’entrepôt pour la justice. Un jour ou deux furthermore tard, selon un rapport d’un level de vente local Herald-Nouvellesles employés ont appris que quelqu’un avait appelé anonymement l’établissement pour menacer les travailleurs noirs.

Les travailleurs disent que des choses supplémentaires ont également rendu le lieu de travail hostile. Selon le Tribuneles travailleurs affirment qu’Amazon a autorisé les employés à porter des vêtements décorés du drapeau confédéré, que l’Anti-Defamation League classifie comme un symbole de haine. Herald-NouvellesL’histoire cite également Marcos Ceniceros, directeur exécutif de Warehouse Workers for Justice, qui a déclaré qu’il y avait eu récemment des graffitis de croix gammées et des messages antisémites à MDW2.

Warehouse Personnel for Justice dit qu’après les menaces, Amazon a dit aux employés qu’ils pouvaient prendre un congé volontaire s’ils se sentaient mal à l’aise d’entrer au travail. Comme le souligne Tori Davis, une ancienne employée, ce n’est pas un vrai choix pour les travailleurs qui ont besoin d’un revenu. S’adressant au Tribuneelle a déclaré: “Nous avons dû choisir entre rester et gagner de l’argent et pouvoir payer nos factures le leading, ou rentrer à la maison et être en sécurité.”

Davis allègue qu’Amazon l’a licenciée après avoir menacé d’intenter une motion en justice si l’entreprise ne bougeait pas pour la protéger, elle et ses collègues, selon le Tribune. Richard Rocha, un porte-parole d’Amazon, a déclaré au Tribune que l’entreprise “travaille dur pour protéger nos employés de toute forme de discrimination et pour fournir un environnement où les employés se sentent en sécurité”. Cependant, Rocha n’a pas répondu aux demandes de commentaires du point de vente sur les accusations de Davis ou sur les raisons pour lesquelles il l’a licenciée, et la société n’a pas immédiatement répondu à Le borddemande de commentaire.

Amazon n’est pas la seule entreprise accusée de ne pas avoir réussi à mettre fin au racisme dans certaines de ses installations. Tesla a fait confront à de multiples poursuites judiciaires de la part d’employés concernant son usine de Fremont, en Californie, et aurait versé des hundreds of thousands de bucks dans des règlements liés à la discrimination raciale à l’usine. Le constructeur automobile fait l’objet d’une enquête par l’EEOC.

Next Post

Lauréat du prix Turing pour ses algorithmes pionniers

Jack DongarraEn grandissant, le travail de rêve de était d’enseigner les sciences dans un lycée community de Chicago. « J’étais assez bon en maths et en sciences, mais je n’étais pas un élève particulièrement bon », dit Dongarra en riant. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, il n’y avait […]